Le projet de loi 34 renforce l’objection de conscience

Joshua Shaw est un juriste manitobain qui travaille actuellement en Ontario. Il estime que le projet de loi 34 sur l’objection de conscience des médecins et infirmières n’aura pas d’impact significatif sur leur profession.

Joshua Shaw est un juriste manitobain qui travaille actuellement en Ontario. Il estime que le projet de loi 34 sur l’objection de conscience des médecins et infirmières n’aura pas d’impact significatif sur leur profession.

« L’objection de conscience » des professionnels de la santé est au coeur d’un nouveau projet de loi déposé le 16 mai à l’Assemblée législative du Manitoba par le ministre de la Santé, Kelvin Goertzen. Ce projet de loi 34, actuellement en deuxième lecture, donnerait aux médecins et infirmières la garantie que, s’ils refusent de pratiquer l’aide médicale à mourir en raison de leurs croyances personnelles, ils ne s’exposeraient à aucune conséquence professionnelle. D’après Joshua Shaw, juriste employé par le Gouvernement de l’Ontario, spécialisé dans l’analyse et le conseil en matière de politique de santé, cette loi ne viendrait combler aucun vide législatif. Joshua Shaw précise qu’il exprime ici son point de vue personnel, et non celui du Gouvernement de l’Ontario.

 

Valentin CUEFF

Catégorie: Actualités