Un investissement stratégique

Grâce à une entente avec l’importante entreprise japonaise Itochu, l’entreprise HyLife espère percer de nouveaux marchés internationaux.

 

La Liberté (Presse Liberté)

Claude Vielfaure : « Nous avons beaucoup évolué depuis 1994, alors que nous n’avions que 20 employés. Aujourd’hui nous en avons 1 500, voire plus dans les mois à venir. »

 

La corporation japonaise Itochu a acheté, le 8 janvier dernier, une participation minoritaire de 33,4 % de la firme HyLife de La Broquerie, spécialisée dans l’élevage de porcs.

L’achat, qui se chiffre à 52 millions $, permettra à l’entreprise alimentaire manitobaine d’augmenter sa part du marché porcin du Japon et de la Chine, ainsi que de percer dans de nouveaux marchés internationaux.

« Itochu est une importante firme japonaise, explique le vice-président et chef des opérations, Claude Vielfaure. L’entreprise fait affaire dans 67 pays et participe à quelque 400 coentreprises internationales. »

Depuis 2011, la corporation Itochu est un des importants clients japonais de HyLife. En fonction de l’entente, Itochu recevra 20 % des profits japonais de l’entreprise canadienne.

« Pour HyLife, il s’agit d’un investissement stratégique, indique Claude Vielfaure. Nous avons maintenant comme partenaire un investisseur qui comprend bien le marché international, en commençant par le Japon. Environ 20 % de nos produits sont vendus au Japon, marché que nous avons percé en 2010. Les Japonais veulent du porc de haute qualité, ce que nous pouvons leur fournir. Grâce à Itochu, nous pourrons vendre encore plus de porc aux Japonais, ce qui augmentera nos profits. »

En outre, la Corporation Itochu a beaucoup de clients internationaux, notamment en Chine, marché cible de HyLife. « Itochu a déjà une grande part du marché chinois, et cherche à développer davantage ce marché, explique Claude Vielfaure. Ayant récemment commencé à vendre nos produits en Chine, nous voulons faire de même. »

En outre, l’entente promet d’ouvrir encore plus de marchés pour HyLife. « Bien que nous vendons déjà du porc aux États-Unis, à la Russie, à la Corée, au Mexique, aux Philippines et à l’Australie, rappelle Claude Vielfaure. Or, nous aimerions également percer le marché sud-américain. »

L’entente pourrait bel et bien avoir des retombées positives pour l’abattoir de HyLife à Neepawa. Récemment, l’usine a embauché 280 nouveaux employés pour ajouter une seconde période de travail à l’abattoir. « Nous avons déjà 1 500 employés, indique Claude Vielfaure. Mais à l’avenir, il est possible, voire probable, que nous aurons besoins d’encore plus de main-d’œuvre. »

 

Par Daniel BAHUAUD

 

Lire aussi :

Catégorie: Économie

Tags: ,