Exposer et vendre en continu

L’artiste Pierrette Sherwood vient d’ouvrir à Richer la première boutique-galerie d’art permanente de la région. Elle y expose ses œuvres, ainsi que celles d’autres artistes locaux.

 

La Liberté, presse francophone au Manitoba-Canada.

Pierrette Sherwood est entourée d’œuvres d’art locales qu’elle expose et vend dans sa nouvelle boutique, Papillon Garden Creations, à Richer.

La Franco-Manitobaine Pierrette Sherwood, aujourd’hui âgée de 44 ans, est artiste depuis l’âge de 11 ans. Elle a souvent exposé ses œuvres sur les marchés fermiers locaux, mais elle n’a jamais eu d’exposition permanente.

Elle a toutefois décidé de changer cela en ouvrant, le 7 juin dernier, sa boutique Papillon Garden Creations à Richer, adjacente à une boutique de jardinage avec ses serres, afin d’exposer et de vendre des œuvres d’art. « C’est la toute première galerie d’art permanente à Richer, et même dans toute la Municipalité rurale de Sainte-Anne », affirme Pierrette Sherwood. (1)

« Quand je suis venue la première fois avec ma sœur dans cette boutique de jardinage pour acheter du terreau, c’était fermé, comme délaissé, se souvient l’artiste. J’ai appris que le propriétaire, un ancien immigrant irlandais qui s’était installé à Richer pour ouvrir un commerce de jardinage et des serres il y a 16 ans, voulait vendre. Son commerce perdait son souffle et il ne se servait pas de sa boutique.

« J’ai donc commencé à mijoter l’idée de lui louer sa boutique afin de m’y installer, avec mes œuvres, ajoute-t-elle. Je m’attends à ce que mon emploi au gouvernement fédéral soit coupé, donc je me suis dit que c’était le temps de le faire. » L’emplacement était en effet idéal, à côté des serres, puisque Pierrette Sherwood se spécialise, depuis 2007, dans la création de sculptures métalliques de grande dimension pour le jardin.

Pour sa part, le propriétaire des lieux, James John Cleland, s’est vite laissé convaincre. « La boutique de Pierrette Sherwood va pouvoir aider mon commerce et comme je suis proche de la retraite, c’est une bonne chose pour attirer les acheteurs, assure-t-il. C’est gagnant-gagnant. »

Dans le sang

Pierrette Sherwood aime travailler le métal qu’elle récupère lors d’encans ou chez des fermiers, notamment des vieux outils. « Je prends ce qui était fonctionnel et je le rends poétique et décoratif, décrit-elle. J’aime jouer avec les objets, mettre d’anciens outils ensemble pour créer de nouvelles formes comme des arbres, des oiseaux ou des citrouilles. Ça m’inspire. »

La nature, la ferraille et l’amour de l’ancien coulent en effet dans les veines de l’artiste de Richer depuis toujours.

« Du côté de mon père, mon grand-père était un grand agriculteur, révèle-t-elle. Il avait de grands jardins de légumes et de fleurs, et les gens s’arrêtaient pour les admirer. De plus, j’ai été élevée sur une ferme laitière. La ferraille et les outils agricoles font donc partie de ma vie. « Du côté de ma mère, poursuit-elle, mon grand-père était un vrai collectionneur, un passionné de vieilles choses. Son influence se retrouve aussi dans mon art. Je suis attirée par le vieux métal, la vieille machinerie agricole, les vieux outils. Je veux connaître leurs histoires. Ils détiennent une certaine nostalgie qui me rejoint et que je veux partager. »

Enfin, Pierrette Sherwood confie être inspirée par les thèmes de la nature quand elle travaille ses œuvres d’art car « c’est ici que je me sens bien, à Richer, dans la nature », affirme-t-elle.

Partager

Pierrette Sherwood n’a toutefois pas l’intention de réserver sa boutique-galerie pour ses propres œuvres, même si elle prévoit l’alimenter réguliè­rement.

« J’expose et je vends déjà les œuvres d’autres artistes locaux, et je compte en avoir de plus en plus, indique-t-elle. J’ai notam­ment des objets en bois d’un artiste local, et j’aurai bientôt des items de poterie. J’expose aussi un artiste qui peint sur des objets de cuisine.

« Ça va se développer au fur et à mesure, mais toujours sur le thème de la récupération, précise-t-elle. Je veux garder le clin d’œil au passé autant que possible. De même, j’encourage plutôt les œuvres d’art qui se prêtent bien au jardin. » L’artiste franco-manitobaine prévoit par ailleurs renouveler sa collection d’objets d’art à vendre chaque semaine afin de faire revenir les clients.

Pour l’heure, Papillon Garden Creations restera ouvert jusqu’à mi-octobre, mais « on discute déjà la possibilité d’ouvrir toute l’année, révèle Pierrette Sherwood. J’ai même déjà pensé à ce que je pourrais offrir en hiver, des objets en laine.

« Chaque communauté mérite d’avoir une vitrine qui met en valeur son art et son passé, conclut-elle. Je suis contente d’apporter cela à Richer. Ça ajoute à ce qui existe déjà et c’est bon pour le tourisme sur le chemin Dawson. »

(1) Papillon Garden Creations est ouvert du jeudi au dimanche, de 10 h à 17 h. Au coin de la route 1 et de la route 302. Tel. : (204) 801-5095.

Catégorie: Culturel

Tags: