Le banquet de l’espoir

Le Centre Flavie-Laurent organise son banquet annuel mi-novembre. Un évènement qui lui permet de lever des fonds et de se faire connaître.

Depuis sa création en 2005, le Centre Flavie-Laurent a desservi plus de 20 000 familles. Le 14 novembre prochain, la structure organise son banquet annuel au Centre culturel franco-manitobain afin de lever des fonds et répondre à une demande d’aide toujours croissante.

Gilbert Vielfaure.

Gilbert Vielfaure, le directeur général du Centre Flavie-Laurent, souhaite installer un panneau publicitaire pour augmenter les revenus de l’organisme caritatif.

« Nous servions entre 10 et 15 familles par jour il y a huit ans, contre entre 60 et 100 aujourd’hui », indique le directeur général de l’organisme caritatif, Gilbert Vielfaure.

L’an dernier, la structure a emménagé dans ses nouveaux locaux, d’une surface de 83 000 pieds carrés, situés au 450 boulevard Provencher. Les coûts d’opérations ont augmenté, mais Gilbert Vielfaure assure « qu’on gagne plus que ce que ça nous a coûté parce qu’on peut desservir plus de gens ». « Il n’y a plus de problèmes de stationnement, davantage d’espace intérieur et l’accès pour les familles est plus simple », poursuit-il.

Parallèlement, les dons ont augmenté. Au point que les deux camions de 16 et 20 pieds carrés dont dispose l’organisme ne sont presque plus suffisants pour aller récupérer les items directement chez les gens. « Ils visitent une douzaine de maisons chaque jour et 30 à 50 personnes déposent quotidiennement des affaires au centre », précise Gilbert Vielfaure. Il arrive cependant que certains dons partent vers d’autres organismes car les délais avant qu’un camion puisse se rendre à un domicile sont trop longs.

Le Centre Flavie-Laurent a aussi récemment augmenté son nombre d’employés : depuis cet automne, il compte six salariés à temps plein. À cela s’ajoute une cinquantaine de bénévoles hebdomadaires.

Une pancarte pour plus de revenus

Pour poursuivre sa croissance et répondre aux demandes spécifiques de ses clients, le centre cherche par ailleurs à augmenter ses sources de revenus. Une enquête menée auprès de sa clientèle indique que cette dernière souhaiterait recevoir de l’aide alimentaire ainsi que des conseils.

Outre le banquet, qui lui rapporte entre 15 000 et 20 000 $, le centre aimerait installer un panneau publicitaire sur son terrain pour augmenter ses revenus.

« Comme organisme de charité, il faut trouver des manières de s’autofinancer et de moins compter sur l’argent public, explique Gilbert Vielfaure. Avec un budget tournant autour de 300 000 à 350 000 $ par an, tout compte. La pancarte rapporterait une somme modique mais qui vaut la peine. »

À l’heure d’écrire ces lignes, le Centre Flavie-Laurent attend de recevoir la réponse de la Ville de Winnipeg pour savoir s’il est autorisé à implanter un tel panneau. « On espère en savoir plus d’ici la fin du mois d’octobre », indique Gilbert Vielfaure.

Lors d’une réunion tenue fin septembre, l’Association des résidents du Vieux Saint-Boniface a cependant exprimé son opposition quant à ce projet. « Cela a été une décision difficile à prendre pour nous parce qu’on connaît la valeur qu’a le Centre Flavie-Laurent et on ne veut pas les pénaliser, indique un des membres du conseil de l’association, Tom Scott. Mais la communauté ne veut pas d’un nouveau panneau sur le boulevard Provencher. »

La décision finale est dorénavant dans les mains de la Ville.

Par Thibault JOURDAN | TW : @OropherDorthoni
Catégorie: Communautaire

Tags: