Sharon Bezaly : un ange à la flûte d’or

La flûtiste Sharon Bezaly a séduit l’auditoire par son jeu sublime, d’une musicalité presque céleste, comme soliste invitée du Manitoba Chamber Orchestra le 26 novembre 2014.

Sharon Bezaly.

Sharon Bezaly.

Née en Israël en 1972 et vivant maintenant en Suède, Sharon Bezaly a commencé à jouer de la flûte à l’âge de 11 ans et a fait ses débuts avec l’Orchestre philharmonique d’Israël, sous la direction de Zubin Mehta, à 14 ans. Suivant les conseils de Jean-Pierre Rampal, elle a étudié au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et mérité le premier prix de flûte et de musique de chambre. En 1997, madame Bezaly a décidé de se consacrer à une carrière de soliste de concert, une décision audacieuse considérant le faible nombre de flûtistes qui ont réussi de telles carrières. Ses premiers enregistrements, sous le label suédois BIS, ont établi sa réputation et facilité le début de sa carrière. Sa popularité s’est d’abord établie en France et s’est rapidement répandue en Europe puis à l’échelle mondiale. Pour enrichir son répertoire (les grands compositeurs romantiques ont très peu composé pour la flûte), Sharon Bezaly a commandé un grand nombre d’œuvres de compositeurs contemporains et sept concertos lui ont été dédiés. Elle joue d’une flûte en or de 24 carats fabriquée expressément pour elle par la célèbre maison japonaise Muramatsu.

Il faut une grande virtuosité pour jouer d’un instrument d’une telle qualité. Sharon Bezaly est considérée par plusieurs comme la meilleure flûtiste de notre temps, tant pour sa maîtrise technique supérieure que pour sa sublime musicalité. Aucune difficulté technique ne semble à son épreuve et elle excelle autant dans la musique baroque que dans la musique contemporaine. Elle pratique à la perfection le souffle continu (ou respiration circulaire), ce qui lui permet de jouer de très longues phrases sans interruption et sans altération de la musicalité. Sharon Bezaly et Anne Manson avaient préparé un programme très intéressant, avec des œuvres de Vivaldi, 18e siècle, Ginastera, milieu du 20e, et une composition récente de Serebrier, pour ses débuts à Winnipeg et au MCO.

Le Concerto pour flûte en sol mineur ‘La notte’ (La nuit) est le deuxième des six concertos pour flûte traversière et cordes de l’opus 10 d’Antonio Vivaldi, publié à Amsterdam en 1729. C’est l’une des premières œuvres de ce genre (la seule connue précédemment, du compositeur anglais Robert Woodcock, a été publiée vers 1727). Les concertos de Vivaldi sont parmi les plus célèbres de la période baroque. Comme plusieurs de ses œuvres, La notte est une pièce à “programme”, sur le thème de la nuit. La forme de ce concerto est hors norme avec six mouvements au lieu de trois. En plus du titre général, Vivaldi a sous-titré deux mouvements : le deuxième, “Fantasmi” (Fantômes ou Fantasmes) et le cinquième “Il sonno” (Le sommeil). Le concerto pourrait aussi bien évoquer les nuits festives de sa Venise natale que les différentes phases du sommeil.

Vivaldi était un violoniste virtuose et composait ses concertos pour violon pour mettre en valeur son talent unique et celui de ses élèves du Pio Ospedale della Pietà, où il était maître de violon. Il n’a pas réduit le niveau de difficulté pour les concertos pour flûte, se trouvant certainement quelques flûtistes virtuoses à l’orphelinat pour les interpréter. Il y a dans ce concerto plusieurs ressemblances avec certains passages des Concertos pour violon ‘Les Quatre saisons’, qui nous ont rappelé l’exécution inoubliable que venaient d’en donner l’orchestre et Scott Yoo lors du concert du 28 octobre. À son tour, Sharon Bezaly et l’orchestre ont donné une performance à couper le souffle. Dans les mouvements presto, elle a enchaîné de longs phrasés en double-croches avec un doigté d’une souplesse ahurissante, sans accrocher une seule note, en gardant toujours un son parfait, et cela d’un souffle continu. Le mouvement Il sonno, joué également d’un souffle continu, avait le caractère paisible d’une douce et profonde rêverie. Anne Manson a dirigé une interprétation engagée et inspirée de la partie orchestrale.

Le Concerto pour flûte avec tango du réputé chef d’orchestre et compositeur José Serebrier, né en Uruguay de parents russe et polonais et vivant maintenant aux États-Unis, a permis ensuite de mettre en valeur d’autres facettes de la virtuosité de Sharon Bezaly. Cette œuvre a été commandée par BIS pour madame Bezaly, qui l’a jouée pour la première fois en 2009 en Australie et l’a enregistrée avec l’Australian Chamber Orchestra sous la direction de Richard Tognetti. Elle l’a souvent jouée ensuite sous la direction du compositeur. Le concerto comporte cinq mouvements. Les mouvements rapides sont des pièces de bravoure que Bezaly a exécutées avec brio. La musique est de style classique mais comporte quelques touches de modernité. La partie orchestrale y joue un rôle très important et comporte des passages pour les cinq solistes de l’orchestre. Le troisième mouvement est un superbe andante très lyrique pour flûte alto, un instrument plus long au son plus grave et chaleureux, que madame Bezaly a joué avec beaucoup de sensibilité. Elle a repris sa flûte en or pour le quatrième mouvement. Tango inconclusivo est un air de tango hésitant, comme s’il était dansé par des débutants qui peinent à suivre le rythme et abandonnent avant la fin de la pièce. Après quelques mesures lentes et chantantes, la soliste et l’orchestre se lancent dans un dernier mouvement très virtuose et rapide vers un final étincelant, qui a fait se lever l’auditoire dans une très longue ovation.

La deuxième partie a débuté avec Impresiones de la Puna, une œuvre de jeunesse (à 18 ans) du compositeur argentin Alberto Ginastera pour flûte et cordes datant de 1934. La Puna, aussi nommée Alti Plano, est la région du haut plateau de la Cordillère des Andes qui s’étend sur le sud-est du Pérou, le sud-ouest de la Bolivie, l’extrême nord-est du Chili, et le nord-ouest argentin à une altitude variant de 3 500 à 4 800 mètres. Elle est habitée principalement par les peuples Aymara et Quechua. Il s’y est développé depuis des millénaires une riche culture musicale remontant aux Incas, dont les flûtes andines, principalement la quena et la flûte de pan, sont les instruments de base. Impresiones de la Puna est inspirée de la musique folklorique andine d’Argentine. De caractère impressionniste, elle évoque les différentes couleurs que peut prendre cette musique : tristesse et mélancolie, bonheur et sérénité, danses joyeuses. Sharon Bezaly en a donné une magistrale interprétation qui a encore fait lever l’auditoire. Longuement ovationnée, madame Bezaly a interprété en rappel Petite suite pour flûte seule, composée en 1912 par le suédois Hugo Alfvén : trois minutes de virtuosité qui ont laissé l’auditoire bouche bée.

La soirée s’est terminée par la présentation de la Symphonie no 31 en ré majeur, ‘L’Affût’ ou ‘Appel de cors’ de Joseph Haydn, l’un des compositeurs préférés d’Anne Manson. La symphonie est ainsi nommée parce qu’elle débute par un appel à l’attention des cors. Haydn a composé cette symphonie pour marquer l’ajout de deux cors à l’orchestre de la famille des Esterházy, au service de laquelle il a été engagé pendant plus de trente ans. C’est une symphonie joyeuse et agréable, par laquelle Haydn semble avoir voulu faire valoir les qualités de son orchestre élargi, alors qu’il avait de la difficulté à faire engager des musiciens par son patron. Il y met en évidence la section des cors maintenant forte de quatre instruments, sans pour autant négliger les autres sections. Anne Manson en a donné une très belle interprétation, bien soutenue par ses musiciens visiblement heureux de conclure brillamment cette autre grande et mémorable soirée musicale.

Manitoba Chamber Orchestra
Westminster United Church, Winnipeg, le 26 novembre 2014
Anne Manson, chef
Sharon Bezaly, flûte

Concerto pour flûte en sol mineur ‘La notte’ Antonio Vivaldi
Concerto pour flûte avec tango José Serebrier
Impresiones de la Puna Alberto Ginastera
Symphonie no 31 en ré majeur, ‘L’Affût’
ou ‘Appel de cors’ Joseph Haydn

Pierre Meunier

Tags: , , , , , , , , , , , ,