Niki Ashton à la Condition féminine

Le 19 avril dernier, le chef du Nouveau Parti démocratique du Canada, Thomas Mulcair, a dévoilé la composition de son nouveau cabinet fantôme, qui comprend la députée manitobaine, Niki Ashton.

Niki Ashton

Niki Ashton

Le 19 avril dernier, la députée fédérale de Churchill et ancienne candidate à la chefferie du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD), Niki Ashton, a été nommée critique officielle de l’Opposition pour la Condition féminine par le nouveau chef élu du NPD, Thomas Mulcair.

« Ce sont des enjeux qui me passionnent, assure Niki Ashton. Avant d ’être candidate à la chefferie, j’ai été présidente du Comité parlementaire sur la condition féminine, ainsi que présidente du Comité des femmes du NPD au Manitoba. J’ai aussi commencé un doctorat sur les femmes et l’égalité des sexes. Je connais donc déjà bien tous les dossiers sur les femmes! »

Le politologue franco-manitobain, Raymond Hébert, se réjouit du choix de Thomas Mulcair. « La condition féminine va bien à Niki Ashton, commente-t-il. Elle a déjà fait quelques interventions très remarquées sur le sujet et elle a gagné beaucoup de maturité lors des élections. C’est une étoile montante. »

Niki Ashton a d’ailleurs déjà commencé à se mettre à l’œuvre. Le 26 avril dernier, les Conservateurs ont en effet rouvert à la Chambre des Communes le débat sur l’avortement.

« Il faut protéger la liberté de choisir des femmes, affirme la députée de Churchill. Le gouvernement Harper est très régressif sur les droits des femmes. On doit aussi lutter contre les coupures systématiques envers les organismes pour les femmes. Ces organismes sont essentiels, non seulement pour les femmes mais pour toute la société. »

Cabinet de réconciliation

Thomas Mulcair a par ailleurs confié un rôle dans son cabinet fantôme à tous les autres candidats à la chefferie, sauf Brian Topp car il n’est pas député. Il y a aussi inclus des appuis clés de diverses tendances, ainsi que la veuve de l’ancien chef du NPD, Olivia Chow.

« C’est un très bon cabinet de réconciliation, se réjouit Raymond Hébert. Thomas Mulcair a réussi à concilier les différentes tendances idéologiques de son caucus. De plus, il y a inclus toutes les régions du pays. »

Son cabinet compte 54 membres, ce qui est « gros mais c’était la chose à faire pour se rassembler et former une Opposition forte malgré les différences », estime le politologue.

Niki Ashton confirme que dans le cabinet fantôme de Thomas Mulcair, « on est une équipe forte et notre priorité est d’être unis. On met tous nos différences de côté et on travaille ensemble ».

Selon Raymond Hébert, la seule perdante du nouveau cabinet fantôme du chef néo-démocrate pourrait être Libby Davies car « elle doit partager son rôle de chef adjointe avec deux autres personnes, ce qui amoindrit son pouvoir, explique-t-il. Pour le reste, tout le monde sort gagnant ».

Camille SÉGUY | Contacter la journaliste

 

Catégorie: Actuel

Tags: ,