La Liberté honorée

© 2013 La Liberté (Manitoba)

C’est La Liberté qui, cette année, a été nominée pour recevoir le traditionnel Capot bleu. La nouvelle a été révélée lors du Bal du gouverneur, le 16 février dernier.

 

Comme tous les ans depuis 1982, le Bal du gouverneur était l’occasion d’honorer un individu ou un groupe actif au profit du bien de la communauté francophone. Cette année, c’est La Liberté qui a été désignée pour remporter le traditionnel Capot bleu.

La 44e édition du Bal du gouverneur s’est déroulée le 16 février dernier à l’Hôtel Fort Garry. Plus de 380 personnes étaient présentes pour célébrer l’évènement connu comme étant le plus majestueux du Festival du Voyageur.

Après plusieurs « Hé! Ho! » lancés par la présidente du Festival, Geneviève Clément, il était déjà temps de révéler qui, cette année, avait été sélectionné pour recevoir l’illustre Capot bleu.

« Au nom du Festival du Voyageur et de la communauté dans son ensemble, il nous fait grand plaisir de présenter le Capot honorifique à La Liberté, en reconnaissance de son engagement envers la grande communauté francophone à travers le pays », a annoncé Geneviève Clément.

« Recevoir le Capot bleu a une signification particulière pour un journal qui, depuis 100 ans, se veut le reflet de la communauté franco-manitobaine », assure la directrice générale et rédactrice en chef de La Liberté, Sophie Gaulin.

Afin de prolonger le suspense et de titiller l’imagination des convives, l’identité du récompensé n’a cependant pas été révélée immédiatement. Plusieurs indices ont été énoncés avant de citer littéralement le nom du lauréat.

« Le père du récipiendaire est un père Oblat, initiait Geneviève Clément. Le récipiendaire représente une des plus grandes valeurs humaines. Sa santé ayant été parfois fragile, il a failli mourir plusieurs fois. C’est la communauté qui l’a sauvé, grâce à soutien moral et financier. Le récompensé est une source d’information importante pour la communauté francophone. Il a joué un grand rôle dans la crise linguistique. Aujourd’hui, le récipiendaire a 100 ans et, malgré son âge avancé et des moments difficiles, il est en bonne santé et voudrait vivre encore au moins une autre centaine d’années. »

La Liberté (Manitoba) au Bal du Gouverneur (Festival du Voyageur 2013)

Sur la photo : à l’avant-plan, portant fièrement le Capot bleu, Daniel Bahuaud. De gauche à droite : Camille Harper-Séguy, Angelika Zapsalka, Marc Marion, Françoise Génuit, Sophie Wild, Roxane Bouchard, Daniel Lussier, Véronique Togneri, Sabine Trégouët, Matthieu Tremblay, Lysiane Romain, Gaëtanne Morais et Wilgis Agossa.

« Si La Liberté est aujourd’hui le journal d’excellence que l’on connaît, c’est grâce au travail acharné et passionné de tous les rédacteurs en chef et employés qui y ont travaillé depuis 1913, souligne Sophie Gaulin. C’est à eux que j’aimerais dédier ce Capot bleu. »

Dernier Capot bleu

Émus et enthousiastes, les membres de l’équipe du journal n’ont pu résister au désir d’essayer le vêtement d’honneur, chacun à leur tour. D’autant plus qu’ils avaient entre les mains le dernier des Capots bleus.

« Que l’on se rassure, la tradition du Capot bleu n’est pas près de disparaître, indique Geneviève Clément. Nous allons continuer à offrir une couverte aux nominés, la seule différence est que le Capot ne sera plus bleu, mais d’une autre couleur. Le modèle, quant à lui, demeurera identique. »

Le Festival du Voyageur ne dispose en effet plus de matériau bleu pour la confection des Capots. « Nous possédions tout un stock de tissu de cette couleur depuis 1982, précise la présidente du CA. Au fil des ans, la réserve s’est vidée. C’est pourquoi, depuis cette année, nous ne parlons plus de cérémonie de Capot bleu, mais de Capot honorifique. Seule la couleur de la couverte variera donc d’une année à l’autre, le lauréat ne sachant jamais par avance la teinte qui sera la sienne. »

 

Par Angelika ZAPSZALKA

separateur

Catégorie: Actuel

Tags: , ,