La réponse du Cercle Molière


Madame la rédactrice,

Au cours des dernières semaines, des commentaires ont été faits sur le Cercle Molière, son conseil d’administration et le processus d’embauche de la prochaine direction artistique.  En tant que Président du conseil d’administration du CM, je sens qu’il est important que je réponde à ces commentaires de façon formelle.

La lettre de R. Léveillé

Il semble que le débat ait commencé à la suite de la publication dans La Liberté de la lettre de M. Léveillé datée du 19 janvier 2012. Ce dernier a certainement le droit d’exprimer son opinion dans quelque contexte que ce soit et je considère son point de vue avec sérieux.  Le conseil d’administration n’est pas toujours d’accord avec les opinions exprimées par les autres, mais il manquerait à son devoir en ne les examinant pas avec soin et de façon appropriée.

M. Léveillé a eu la courtoisie de m’adresser une lettre personnelle expliquant sa position et suggérant des changements à nos pratiques.  J’étais heureux de recevoir cette correspondance personnelle et nous nous sommes rencontrés pour discuter de ses idées.  En particulier, sa proposition de rencontre annuelle avec le public où il serait possible d’échanger des idées et où les sujets d’intérêt commun pourraient être abordés me semble heureuse.

Je puis vous assurer que j’apporterai sa suggestion au conseil et que je recommanderai que ce genre de réunion soit mis à l’horaire à partir de l’automne 2012. Je remercie M. Léveillé d’avoir pris la peine de me parler directement d’un sujet qui lui tient de toute évidence à cœur.

La gouvernance au Cercle Molière

Le modèle de gouvernance du conseil d’administration du Cercle Molière est en place depuis de nombreuses années, et son incorporation comme organisme à but non lucratif remonte à 1970.  Notre conseil se rencontre régulièrement.  De plus, les membres siègent à divers comités qui font rapport au CA.  Le comité artistique, présidé par le directeur artistique, est constitué de membres de la communauté.  Ce comité de lecture donne son soutien et ses commentaires au directeur artistique, qui prend les décisions finales quant au contenu artistique des saisons. Ce système est courant dans les compagnies de théâtre professionnelles et il a été établi pour protéger l’intégrité artistique.  Nous cherchons toujours à recruter de nouveaux membres du CA parmi la communauté, en tenant compte de leurs compétences et de leur expertise, toujours dans le but de mieux servir l’organisme qu’est le Cercle Molière.  Par exemple, nous avons déterminé qu’il était important qu’une personne possédant une formation en comptabilité siège au CA, étant donné la complexité des budgets annuels, les exigences financières et les pratiques comptables mises en place pour assurer la bonne santé financière du CM.  Lorsque la personne possédant ces compétences particulières quitte le conseil, le comité de nomination cherche une personne ayant des compétences semblables pour la remplacer.  Ces compétences en comptabilité ont aidé le CM à maintenir des budgets équilibrés depuis plusieurs années et à mettre en œuvre les conseils de son vérificateur. Nous parlons donc de recrutement ciblé.  J’ajouterais que tout conseil, quelle que soit la façon dont il est constitué, a certaines responsabilités juridiques, financières, de planification et de leadership. Les résultats du CM démontrent une solide administration et une gouvernance appropriée.  Remettre en question notre façon de procéder, c’est aussi remettre en question le processus de tout organisme qui fonctionne de la même manière.  Or, au Manitoba français, certains conseils sont nommés, d’autres sont élus et encore d’autres, comme le nôtre, fonctionnent par recrutement ciblé.

Dans une entrevue avec Radio-Canada, M. Michel Lagacé (qui, en tant que membre de Art Stabilization Manitoba, a soutenu et certifié le CM qui a par la suite eu accès aux fonds et aux conseils visant l’excellence en gouvernance et en gestion financière) a expliqué de façon concise comment ce processus est utilisé pour chercher un remplaçant ou une remplaçante dont les acquis et l’expertise peuvent le mieux servir les besoins de l’organisme.  Non seulement ce système fonctionne bien au CM depuis longtemps, mais c’est aussi le modèle en place dans la grande majorité des théâtres professionnels.

Être membre du CA du CM

En général, comme vous le savez, les membres des conseils d’administration sont des bénévoles.  Aucun membre de notre CA ne profite financièrement de son implication, chacun se contentant d’en retirer une satisfaction personnelle.  Chacun donne de nombreuses heures de son temps.  Au CM, les membres du CA :

  • achètent leurs billets de théâtre comme tous les membres du public, et on s’attend à ce  qu’ils s’abonnent;
  • achètent leurs billets pour le Gala du homard tout comme les membres du public, et on s’attend à ce que chaque administrateur vende des billets aux membres de sa famille, à ses amis, à ses collègues, etc.;
  • contribuent financièrement au CM grâce à des dons annuels, à des commandites ou, comme tout récemment, en contribuant pour assurer la construction du nouveau théâtre;
  • participent toujours aux activités de collecte de fonds et sont appelés à solliciter du soutien financier;
  • s’ouvrent à la possibilité de poursuite judiciaire, ce qui oblige le CM, comme de nombreux organismes à but non lucratif, à prendre des assurances pour les protéger;
  • peuvent être appelés en tout temps à prendre des décisions difficiles, toujours dans le  meilleur intérêt du CM.

 

La légitimité de notre conseil d’administration

Quelques interlocuteurs ont avancé que, soudainement et subitement en 2012, le CA du CM manquait de légitimité parce que ses membres n’étaient pas élus. Encore une fois, chacun a le droit d’exprimer son opinion.  Toutefois, il me semble nécessaire de faire un commentaire au nom du présent conseil d’administration et au nom des anciens membres, tous des gens dévoués, compétents et engagés envers le Cercle Molière.

Le projet de construction du nouveau théâtre a réellement débuté en 1992.  Ce fut un processus long et ardu qui a porté fruit malgré de nombreux changements politiques (aux niveaux fédéral, provincial et municipal) et les défis financiers.  Ce projet étalé sur 18 ans a été plus compliqué qu’on aurait pu l’imaginer, et il est presque impossible de compter le nombre de rencontres, de discussions et de documents qui ont été nécessaires pour le réaliser.  Durant ce temps, les membres du conseil d’administration, le personnel et un grand nombre de bénévoles ont donné de leur temps, de leur talent et de leur énergie (en journée, en soirée et en fin de semaine) pour faire en sorte que le Cercle Molière ait son « chez-soi » aujourd’hui et pour l’avenir.  À aucun moment, au cours de ces 18 années de travail, n’a-t-il été suggéré que le conseil manquait de légitimité.   Maintenant que le théâtre est devenu réalité, ils se prononcent. C’est à se demander où ils veulent en venir exactement…

J’invite ces personnes à me parler directement afin de m’expliquer comment nous avons perdu notre légitimité si tôt après l’ouverture de notre beau théâtre au cœur de Saint-Boniface. En fait, des mesures de notre légitimité se feraient plutôt en examinant les résultats que nous obtenons au Cercle Molière, tout comme pour les conseils d’administration d’autres compagnies de théâtre professionnelles du Canada, qui fonctionnent en grande partie comme nous tant pour ce qui est de la gouvernance que du financement.

Transparence et recherche d’une nouvelle direction artistique

Nous avons entendu aussi des commentaires selon lesquels le processus d’embauche de la nouvelle direction artistique manquait de transparence.  Encore une fois, si on avait daigné nous en parler, les informations qui suivent auraient été transmises.  Je sens donc qu’il est important d’expliquer, tout en respectant les questions de confidentialité, le processus en place pour trouver la nouvelle direction artistique.

En 2009, au CM, nous avons embauché un consultant ayant une expertise dans le domaine pour nous guider dans l’exercice de transition, et ce, en prévision de la retraite de Roland Mahé. Nous visions un processus respectueux et responsable.  Cette personne nous a fourni de nombreux conseils et a proposé des échéanciers et des modèles possibles. Elle demeure disponible pour nous appuyer tout au long du processus d’embauche.

Le poste a été affiché aux niveaux national et local.  Nous avons mis sur pied un comité qui procédera aux entrevues et qui fera ses recommandations au conseil d’administration.  Ce comité comprend quelques membres du conseil d’administration et des membres  de la communauté ayant une expertise théâtrale.  Nous avons choisi de ne pas divulguer les noms de ces personnes, pour des raisons de confidentialité.

Nous garantissons aux postulants une confidentialité absolue dans toutes les étapes du processus.  C’est la pratique normale pour les employeurs (le CM étant dans ce contexte un « employeur » soumis aux mêmes lois que tout autre employeur) pour de nombreuses raisons,  juridiques et autres, y compris le fait que certaines personnes pourraient ne pas vouloir que leur employeur sache qu’elles cherchent un emploi ailleurs…

Pour terminer

Durant toutes mes années comme membre du conseil d’administration du Cercle Molière, j’ai eu l’honneur de travailler avec des gens exceptionnels, autant les bénévoles que les membres du personnel et les équipes artistiques.  Je n’aurais pu demander mieux.  Je suis fier d’eux et de leurs réalisations et j’ai toujours été impressionné de voir leur engagement et leur travail, tout cela pour l’avancement du CM et de l’art théâtral.

Je remercie La Liberté de publier cette lettre. On peut continuer de parler de nous, mais le changement positif vient surtout avec le dialogue.  J’inviterais les personnes qui le veulent à faire l’effort de communiquer directement avec nous, de nous aborder avec l’esprit ouvert et des suggestions réalisables comme l’a fait  M. Léveillé.

Sachant que les membres de la communauté francophone du Manitoba aiment leur Cercle Molière et s’intéressent vivement à la prochaine étape dans son évolution, je souligne que la compagnie lancera en 2012-2013 sa 87e saison théâtrale.  C’est en soi un exploit remarquable, mais qui n’aurait pu être réalisé sans le soutien du public, des instances gouvernementales et d’autres intéressés de la communauté.  J’aurai le plaisir bientôt de voir une production du Dîner de cons, montée ici avec des comédiens locaux et présentée dans le magnifique nouveau théâtre.  Je vous invite à voir ce qu’il est possible de faire quand on a la volonté, la passion et le talent et qu’on vise toujours plus haut…

 

Paul McKenna | Président, Le Cercle Molière | Saint-Boniface | Le 1er mars 2012

 

À vous la parole!
Laissez vos commentaires en bas de cette page.

> Revenir sur la page À vous la parole

 

Catégorie: À vous la parole

Tags: ,