Du patriotisme au bulldozer

Madame la rédactrice,

Madame Shelly Glover et certains de ses collègues au Parlement ont eu la brillante idée d’organiser un jeu de patriotisme dans leur circonscription. À l’aide d’un super bulletin publicitaire payé par les contribuables canadiens, Madame Glover nous a invités à découper et coller des drapeaux canadiens dans nos fenêtres pour le 1er juillet avec l’espérance que Saint-Boniface arrivera en première place. Comme c’est stimulant et amusant!

Mais à bien y penser, Madame Glover, votre projet « La campagne Fiers d’être Canadiens » ne serait-elle pas une tactique de distraction élucubrée par Monsieur Harper lui-même, pendant que lui-même et le Ministre des Finances font les bulldozers en Chambre avec le projet de loi C-38 d’ici les vacances parlementaires?

En fait, ne vous a-t-il pas envoyés amuser les p’tis gars et les p’tites filles de vos circonscriptions pendant qu’au Parlement canadien, la démocratie passe un mauvais quart d’heure sous le bulldozer Harper-Flaherty, qui se moque du Parlement, l’institution la plus importante pour sauvegarder nos droits canadiens.

De préférence à ce p’tit jeu du patriotisme, ne trouveriez pas plus utile de venir au secours de La Liberté et de la Maison Riel, vous qui aimez vous dire la représentante des francophones et des Métis?

Et qu’est-ce que tous les députés conservateurs du Manitoba ont fait pour défendre le projet de recherche des lacs expérimentaux du Nord-Ouest ontarien qui est à notre porte? Un projet canadien des plus remarquables et prometteurs et éclipsé d’un revers de main par Stephen Harper qui ne veut pas de ces groupes gênants avec leur recherche scientifique.

Voilà des institutions qui me rendent fière d’être Canadienne et non pas les enfantillages de découper des drapeaux à coller aux fenêtres pendant que l’ensemble des Canadiens passe au bulldozer. Qu’est-ce que ça nous donnera à Saint-Boniface d’avoir le plus de drapeaux aux fenêtres si en même temps nous perdons des institutions qui nous sont chères, voir vitales? Tout ça, c’est de la poudre aux yeux.
Le 2 mai 2011, 6 électeurs sur 10 ont dit NON à Stephen Harper, pourtant, depuis, il gouverne comme si 9 sur 10 lui avaient dit oui. Quelle arrogance!

Camille Légaré | Saint-Boniface (Manitoba) | Le 15 juin 2012

Catégorie: À vous la parole



» Bertrand Nayet dit: { Juin 29, 2012 - 12:06:49 }

Ç c’est envoyé! Bravo!


Rapportez ce commentaire