Aimer, prier, chanter

Madame la rédactrice,

Le concert de Noël présenté par la chorale Partage de Bonheur à l’église du Précieux-Sang a été une source d’agréable surprise pour les témoins d’une très belle performance. C’est sous la direction d’Antoinette Servant et de Pierre Cueillerier, que la petite chorale a tenu l’assistance sous son charme.

Le répertoire qui comprenait une vingtaine de chants religieux et profanes a débuté avec Valse de Noël et s’est terminé avec le même chant sur des pas de danse.
Belle surprise, tout comme les musiciennes au violon : Daria Watkin, Norma McDonald et Lisabeth Dupuis qui ont marqué de leur virtuosité Les anges dans nos campagnes, Peuple fidèle et Miracle (Ukrainian Bell Carol), ainsi que Joël Reynes dont le doux gazouillis a donné vie au Noël des petits oiseaux.

Claudette DeGagné, Jeannine Perri Moquin, Marie-Jeanne Marion, France Lemay, Marie-Anna Ruest, Antoinette Servant, Jean-Pierre Bacik, Joël Reynes, Pierre Cueillerier et la pianiste, Agnès Dubois, méritent des remerciements pour ce concert intimiste qui a mis la joie au cœur de ceux qui les ont chaleureusement applaudis.

Il serait trop long d’énumérer le titre des chants qui ont ramené le public à des souvenirs d’avant. Pour ma part, j’ai grandement apprécié le Minuit, Chrétiens, que le ténor italien, Enrico Caruso, chantait chaque Noël à l’église de Rome, et que mon frère Robert a interprété lui aussi chaque année dans une humble petite église du Québec, jusqu’à ce que l’Église retranche ce cantique composé par un marchand de vin que ses amis, en manque de sobriété, imitaient de leur mieux. J’ajouterais à cette préférence Mon Dieu, bénissez la nouvelle année, que l’assistance a exécuté de toute son âme et de toutes ses « forces », en se transportant virtuellement au milieu d’êtres chers. Le chanteur Claude Léveillé avait raison de dire que l’on n’avait pas le droit de semer dans le cœur des gens de belles mélodies pour cesser ensuite de les leur faire entendre. Merci à Antoinette Servant et Pierre Cueillerier pour ce beau cadeau de Noël.

Après 32 années à la direction de sa chorale, à un rythme de trois concerts par année, Antoinette Servant tire sa révérence en mettant fin à sa longue carrière. Il n’y a pas de mots pour la remercier pleinement d’avoir mis son talent de chanteuse — je souhaiterais posséder sa voix — et de musicienne au service de la communauté. Son cœur reconnaissant va à l’organisme Francofonds qui a commandité chacun de ses spectacles.

La dame prononcera peut-être, à la fin de ses jours, les mêmes mots du poète Alphonse de Lamartine :
AIMER, PRIER, CHANTER, VOILÀ TOUTE MA VIE.

Annette Saint-Pierre | Winnipeg(Manitoba) | Le 11 décembre 2012

Catégorie: À vous la parole