À vous la parole

À vous la parole
La Liberté – avril 2015

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet?

Le journal est ouvert à la publication de toute lettre adressée à la rédaction à condition que l’identité de l’auteur soit connue (les noms de plume ou pseudonymes ne sont pas acceptés) et qu’elle ne contienne pas de propos diffamatoires. La rédaction se réserve également le droit de limiter la longueur des lettres ou de retourner celles dont la formulation n’est pas claire.

Le respect de la nétiquette est valable sur notre site Web. L’ensemble des règles de savoir-vivre que doivent respecter les utilisateurs des réseaux Internet et autres médias sociaux est valable sur notre site Web. À vous la parole est votre espace cependant nous devons modérer les commentaires envoyés. Les propos diffamatoires sont considérés comme un manquement à la nétiquette.

Alors à vous la parole! Réagissez sur cette page ou bien envoyez votre lettre à la rédaction de La Liberté

separateur

Surtout ne pas oublier

Monsieur le rédacteur,

En référence à l’article de votre journal paru dans La Liberté du 25 au 31 mars 2015 intitulé « Une ouverture à l’international  » sur le partenariat entre la Chambre de commerce francophone de Saint-Boniface et le World Trade Centre Winnipeg j’aimerais, en tant qu’ancienne membre du Conseil d’administration et ancienne présidente, apporter quelques clarifications concernant votre article.

Vous indiquez dans l’article que la Chambre avait environ 130 membres il y a cinq ans. Voici pour mémoire quelques statistiques précises extraites des procès-verbaux des assemblées générales annuelles de 2009 à 2011 :
2008 à 2009 = 177 membres
2009 à 2010 = 167 membres
2010 à 2011 = 172 membres

En 2010, une première étape a été mise en place, et ce grâce à une entente avec le bureau de l’Entrepreneurship et le Secrétariat des services en français de la Province du Manitoba. Nous avons eu la chance d’avoir un prêt de services des Centres de services bilingues pour nous aider avec la Chambre de commerce.  Madame Angèle Bernardin a travaillé avec nous.

Il est vrai que la Chambre de commerce n’était pas en mesure d’embaucher une direction générale et c’est une des raisons pour lesquelles le Conseil d’administration avait pris la décision de faire  différents prélèvements de fonds (exemple : Soirée Gauloise et autres) pour justement avoir une certaine liquidité afin d’avoir une direction générale à temps partiel.
Comme vous l’avez précisé dans l’article, le recrutement de la Chambre de commerce ainsi que l’embauche d’une direction générale étaient deux priorités depuis plusieurs années, même, avant 2008.

La Chambre de commerce a connu son succès grâce à des personnes engagées qui ont travaillé très fort et qui participaient aux rencontres, aux comités et aux Conseils d’administration.  Je suis fière du travail de ces personnes et je tiens à les féliciter ET SURTOUT à ne pas les oublier.

Merci

Michèle Lécuyer-Hutton | Présidente de la CCFSB de 2009 à 2011 | Le 26 mars 2015

separateur

Pour gagner des votes au Québec

Monsieur le rédacteur,

Ce commentaire fait suite à la décision de la Cour suprême du Canada de ne pas obliger le gouvernement fédéral à accorder les données du registre fédéral des armes d’épaule au Québec, données amassées au long d’une dizaine d’années.

Il faut comprendre que c’est une décision légale, une décision de droit. Je parie donc que la juge en chef de la Cour suprême, l’honorable Beverley McLachlin, a fait pencher le vote de manière à satisfaire la loi.

Cela fait que maintenant, Monsieur Stephen Harper a le choix d’en faire un atout politique pour espérer gagner des votes au Québec en sa faveur lors de l’élection fédérale de l’automne 2015. D’après les médias, il aurait déjà mis de côté cette idée.

Ça veut dire que si le Québec doit recommencer à zéro pour établir son registre des armes d’épaule, c’est certain que les Québécoises et les Québécois ne l’oublieront pas.

Pour sa part, Monsieur Stéphane Dion a assuré que si les libéraux avaient été au pouvoir, le Parti libéral aurait remis les données du registre au Québec.

Louis Bernardin | Saint-Raymond | Le 27 mars 2015

separateur

C’est avec grande anticipation

Monsieur le rédacteur,

Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer comment Vic Toews :

  • un ancien député fédéral de la circonscription de Provencher (qui englobe La Broquerie, Saint-Anne, Saint-Pierre-Jolys, etc.)
  • un ancien ministre de la Justice et Procureur général du Canada (pays avec deux langues officielles)
  • maintenant un juge à la Cour du banc de la Reine au Manitoba, ait le culot de dire qu’il n’a pas pu lire un document légal intitulé «Décision», car il était en français?

Est-ce que c’est l’accent aigu qui lui posait problème? Ou est-ce qu’il ne connaissait pas les lois concernant un simple bail?

Résultat : une partie de son salaire de juge sera saisie.

C’est donc avec grande anticipation que j’attends la décision du bureau fédéral du Commissariat aux conflits d’intérêt concernant les activités de lobbying estimées un peu louches de M. Toews, un autre «choisi» du Premier ministre Harper.

Rachel Ouimet | Winnipeg | Le 30 mars 2015

separateur

La francofonnerie

Monsieur le rédacteur,

Que de plaisir à Saint-Bobo! La Lib raconte tout.

Le Comité directeur de la direction directorale des États directeurs généraux de la francophonie franco-métisso-sénégalo-exogamo-manitobaine et canadienne-française des Canadiens d’expression française en Terre franco-manitobaine du Manitoba demande aux experts si le café va assurer la pérennité de la langue franco-francophone.

Les francophonies se multiplient comme des petits pains chauds, car on vient d’en trouver une autre à l’Université du Manitoba. Elle était cachée quelque part derrière la Students’ Union Building.

Puis Marcien Ferland poursuit Justin Johnson (ne pas confondre avec Juste-un-Trudeau) pour diffamation, grâce à laquelle poursuite les avocats se tapent de beaux contrats. En français j’espère.

Pendant c’temps-là, cossé qui devient du parcomètre qu’on veut ériger à la mémoire de Georges Forest? Et pis encore de la Petite Mosquée on the prairies que Robert Freynet veut ériger su’l bord du highway? C’est sans parler de la guérite qu’on veut construire sur le bord de la Rouge pour observer les itinérants campés sous les ponts et le flot continu de touristes qui iront faire leur shopping on ze boulevard.

Trois dames généreuses s’entendent au sujet de la petite cloche de Batoche. Ë-tu fêlée ou ê-tu pas fêlée, dat’s the pregunta.

Pis à la DSFM, on demande «Dialogue ouvert, mais où qui sont-ils les parents?»

Enfin, la chronique religieuse est rendue dans les « crèmes de beauté ». Ç’a tout l’air que la religion a besoin de se maquiller.

Bernard Mulaire | Montréal | Le 1er avril 2015

P.S. : Et zut! J’ai oublié les Autochtones qui font la guerre à Tintin (on lui souhaite plus de chance qu’au Congo!).

separateur

 

Encore intéressée à lire le journal

Monsieur le rédacteur,

Je vous envoie un chèque pour me réabonner un an. Comme j’ai déjà 95 ans, je ne sais pas quand je ne pourrai plus lire.

Je le trouve très intéressant à lire, ce journal. Je suis abonnée à ce journal depuis beaucoup d’années et je suis encore intéressée à le lire. Pour les nouvelles paroissiales, pour les nécrologies, etc., etc.

Un gros merci pour tout ce que vous faites.

Florence Talbot | Saint-Léon (Manitoba) | Le 9 avril 2015

separateur

Belle occasion ratée à Sainte-Anne

Monsieur le rédacteur,

Bonjour à vous tous,

Nous étions heureux et très fiers de l’article dans La Liberté au sujet d’établir une banque alimentaire pour les pauvres de Sainte-Anne et région avec photo à la page B7. Mais l’invitation pour une réunion le 16 avril avec « HARVEST» était uniquement en anglais, sans un mot de français.

C’est encore une démonstration d’assimilation de la part de nos chefs de la paroisse.

Quelle belle occasion ratée par nos francophones de se tenir debout, d’assurer le bilinguisme du mouvement anglophone et de nous respecter.

Nous savons que la pauvreté existe et nous devons faire notre part!

Pourquoi ne pas le faire dans le respect de ce que nous sommes et d’après nos valeurs fondamentales?

Respectueusement,

Louis Bernardin et Maria Chaput | Le 17 avril 2015

separateurLettre ouverte à Walter Kleinschmit

Monsieur,

M. Justin Johnson a sali ma réputation et continue de le faire, chaque jour, depuis quatre mois, sur sa page Facebook. D’autres – ils sont nombreux – s’appuyant sur ses propos mensongers, me diffament à leur tour.

M. Justin Johnson a violé la loi sur la diffamation et il continue de le faire, chaque jour, depuis quatre mois, sur sa page Facebook.

Pourriez-vous lui parler? Moi, je n’ai pas réussi à le dissuader – du moins, pas encore.

Marcien Ferland | président sortant et secrétaire du Comité du monument Georges-Forest | Le 17 avril 2015

P.S. : Le Comité en place fonctionne très bien.

separateurRéactions à la Tribune libre de Walter Kleinschmit

Monsieur le rédacteur,

Nous avons pris connaissance des propositions de Walter Kleinschmit et nous apportons ici nos commentaires. Au numéro 2, M. Kleinschmit propose : « nous assurer que le dernier comité actif du Monument Georges-Forest qui a démissionné en masse…. » De fait, il y a présentement un comité actif dont voici les noms.

Henri Marcoux, président
Marcien Ferland, secrétaire et président sortant
Jacques Rollier, trésorier
Carolyn Duhamel, conseillère
Gisèle Grégoire, conseillère

De plus, l’avant dernier comité n’a pas « démissionné en masse ». Il n’y a pas eu de démission, mais plutôt la fin de tous les mandats à l’AGA, conformément à la Loi sur les compagnies. Deux membres n’ont pas renouvelé leur candidature parce qu’ils quittaient le Manitoba, un autre prenait sa retraite et les deux autres, par choix personnel.

La 3e proposition de M. Kleinschmit est l’organisation d’une consultation communautaire. Présentement, le comité du Monument Georges-Forest se penche sur ce dossier.

Walter Kleinschmit prie Marcien d’abandonner sa poursuite contre Justin Johnson. Ne serait-ce pas plus équitable de demander à Justin Johnson de rétracter ses propos injurieux et faux, propos qu’il continue d’entretenir sur son site Facebook?

Avant de terminer, un petit commentaire sur votre phrase « Et cela afin d’éviter que la communauté ne se fracture davantage ». La communauté n’est pas fracturée. Le litige oppose uniquement Johnson et Ferland.

Hélène Martin |Ida Savoie | Aimé Savoie | Gabrielle Désaulniers | Le 17 avril 2015

separateur

Catégorie: À vous la parole

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,